livreN

Après quatre mois de négociations, la médiatrice du livre, Laurence Engel, a trouvé un accord avec les start-up de livres numériques que sont YouScribe, Youboox et Iznéo. Amazon, toujours sur le banc de touche, en raison de son carton rouge délivré en février dernier, pourrait ne pas apprécier.

Source : Info-Chalon.

Les faits remontent à décembre 2014, au moment où Amazon lance un forfait de lecture illimitée des livres numériques, le service « Kindle MatchBook ». Cette formule, déclarée illégale par Laurence Engel, car pas en conformité avec la loi du 26 mai 2011 sur le prix unique du livre numérique, est arrêtée en février dernier.

A la suite de ces évènements, Laurence Engel a entamé de longues négociations avec plusieurs start-up de livres numériques, qui ont abouti à un accord cette semaine avec trois d’entre elles: YouScribe, Youboox et Iznéo, lesquelles disposent désormais de six mois pour se mettre en conformité avec les accords conclus.

YouScribe, plateforme lancée il y a un an et comptant 1 million d’abonnés, et Youboox, dont la mise sur le marché remonte à octobre 2012 avec 750 000 inscrits,

 

 

proposent de s’abonner chez eux pour 9,90 € par mois et d’avoir accès à leur bibliothèque virtuelle. Seulement, pour éviter la suppression de leur dispositif d’abonnement, ils vont devoir respecter la loi du livre numérique, qui précise que l’éditeur conserve la maitrise du tarif. Concrètement, les éditeurs vont fixer un barème à la page. Les prix des abonnements de ces plateformes resteront identiques, et la limite de consommation sera globale au lieu d’être individuelle. Les petits lecteurs vont alors compenser les pertes des plus bibliophages. Ainsi, on estime qu’un lecteur pourra se délecter en moyenne de 8 à 20 livres par mois, ce qui reste un accord correct, que ce soit pour les dirigeants des start-up, les éditeurs, mais aussi les lecteurs, ce type d’abonnements restant moins coûteux que l’achat d’un livre en librairie.

En ce qui concerne Iznéo, spécialisé dans le 9e art – la bande dessinée -, son offre d’abonnement illimitée reste quant à elle légale dans la mesure où cette plateforme met à disposition les ouvrages d’un éditeur unique, le groupe Media Participations (Dargaud, Dupuis, Le Lombard, Kana, etc.).
En revanche, les négociations avec Amazon sont toujours en cours pour trouver un compromis légal.

Malgré la nécessité d’encadrer le marché du livre numérique, afin de respecter le travail des éditeurs, mais aussi celui des auteurs, il faut savoir que ce marché pèse peu finalement : seulement 5% du chiffre d’affaires de l’édition française. Mais dans l’ère de la dématérialisation qui s’est fortement engagée ces dernières années, il est préférable de fixer les bases dès aujourd’hui, avant que les livres ne désertent complètement les rayons de nos bibliothèques.


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *