Panorama Industries Culturelles

France Créative et Ernst & Young réalisent leur second panorama du secteur culturel : nouvelle contribution majeure de la culture et de la création à la richesse économique en France, avec 83,6 milliards d’euros de revenus en 2013 et 1,3 million d’emplois.

 

 

Les industries culturelles et créatives affichent une hausse des revenus supérieure à la croissance de 0,9 %. De même, évolution des effectifs directs de 1,5 %, sept fois plus que les emplois globaux en France (0,2%°)

Ces emplois sont pour la plupart non délocalisables.  

La croissance des revenus porté surtout sur les arts visuels (+ 8 %),   le spectacle vivant et la musique représentant tous le deux + 3 %.

Baisse du cinéma en revanche (- 9 %) de la presse (- 6 %) et de la télévision(- 4 %), victimes de l’évolution des modes de consommation et des tensions sur les revenus publicitaires.

Concernant les emplois, tendances contrastées selon le secteur : télévision (+ 6 %), arts visuels (+ 3 %), musique (+ 3%) et spectacle vivant (+ 2 %). En revanche, la situation est moins rose dans l’ industrie du livre (- 10 %), la presse (- 8 %) et la radio (- 4 %). Cette baisse s’explique essentiellement par de pertes d’emplois dans les filières de distribution physique. 

Mais globalement, on observe une  croissance dans les secteurs culturels et créatifs. Elle s’explique par : l’intersectoriel. Ainsi 72 % des Intermittents ont exercé des activités dans a minima deux branches.

On observe aussi une forte résistance des secteurs culturels et créatifs aux crises économiques. Ainsi, arts vivants, musique, spectacle vivant, sont des bassins d’emplois majeurs. Par ailleurs,  les pratiques culturelles des publics sont très ancrés dans la vie quotidienne.

 

L’étude complète ici

Panorama industries culturelles

Il en résulte, dans les industries culturelles,  une population active plus jeune , avec 47 % d’actifs de moins de 40 ans.

Le rapport met aussi en évidence la multiplicité des métiers culturels et créatifs – plus de 980 recensés –, tant au niveau  de la création (52 %), de la production (20 %) et de la diffusion (28 %).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *