Karin Carville nous livre ici son expérience d’auteur indépendant.
Source : Copymedia

 

http://www.copy-media.net/wp-content/uploads/2015/03/dartois-kervile-e1428399325796.jpg

 

« Pas facile d’être auteur indépendant aujourd’hui, mais beaucoup plus facile qu’hier cependant ! Même si une partie du monde de l’écriture nous regarde de haut, même si les libraires ne nous ouvrent pas spontanément leurs rayonnages, même si le prestigieux Salon du Livre rechigne à nous laisser entrer en qualité d’auteurs(1), l’auto-édition a pris son essor et concurrence déjà certains auteurs édités classiquement.
Des plateformes numériques, comme Amazon ou Kobo, nous invitent à nous faire connaître et beaucoup d’entre nous se sont saisis de cette opportunité.
Mais un livre reste avant tout un montage de page et d’encre, un objet chérit par les lecteurs qui préfèrent encore, pour beaucoup, le contact du papier à celui de la liseuse.

L’auteur indépendant, une personne très entourée !
C’est une chose d’inventer une histoire et de la coucher sur notre écran, c’en est une autre de tenir entre ses mains un objet de 300 pages de bonne qualité.
L’auteur indépendant prend très vite conscience de ses limites : il ne sait pas relire correctement son texte pour en ôter toutes les maladresses, il ne sait pas faire une maquette intérieure de qualité professionnelle, il n’est pas un info-graphiste compétent capable de créer une première de couverture et il n’a pas les outils nécessaires à l’impression de son livre.
OK.
C’est pourquoi un auteur indépendant est, paradoxalement, une personne très entourée. On n’est jamais seul quand on est indépendant : on a un correcteur, un maquettiste, un infographiste, des béta-lecteurs, un photographe, un agent de presse… et surtout un bon imprimeur !

La nécessité d’avoir une équipe de confiance.
Le but de l’auteur est bien évidemment de diffuser le plus possible son livre. Et pour rivaliser avec les autres maisons d’édition (car c’est avant tout sur ce plan qu’il faut se placer !), il faut créer un objet d’une qualité irréprochable. Pas facile quand on n’y connaît rien, au départ…
Heureusement, il y a des imprimeurs qui connaissent bien nos besoins et sont capables d’y répondre. Copy Media en fait partie. Depuis des années, je travaille avec Elodie Dartois qui a toujours su, au fil de mes parutions, me conseiller sur la fabrication de mes livres. Couverture cartonnée, brillante, mate, velours, test du papier, BAT, exemplaires livrés en un temps record, avis sur la quantité à produire, Élodie connaît bien ma petite entreprise… Ses conseils sont précieux car je ne suis pas une professionnelle de l’impression.
C’est pourquoi j’espère poursuivre ma collaboration avec Copy Media.

Un roman auto-édité reconnu
Cette année, pour la première fois, un concours a mis en avant des auteurs indépendants : le concours du meilleur polar auto-édité. Après des semaines de suspense, j’ai eu le plaisir d’être lauréate de ce prix avec mon roman Le journal de L. J’ai eu une pensée pour mon équipe car ce livre, ce n’est pas que le mien, c’est celui de Sophie, Sabine, Ingrid, Landry, Aurélie, Élisabeth et Élodie qui m’accompagnent dans cette aventure. J’ai eu aussi une pensée pour ma petite famille qui supporte sans se plaindre mes heures d’écriture…
J’espère à présent que ce prix va m’aider à faire connaître davantage notre travail et toucher de nombreux lecteurs. Et ainsi imprimer encore plus de livre chez mon imprimeur préféré ! ? »

(1) Articles à consulter sur http://karinecarville.com

One Comment

Répondre à François Prunier Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *